Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  |   | 

 

 

Les carnets de Joseph Koechlin-Schlumberger

  • Auteur: Joseph Koechlin-Schlumberger
  • Titre de l'oeuvre: Les carnets de Joseph Koechlin-Schlumberger
  • Édition: 18XX
  • Établissement de conservation: Bibliothèque de l'Université et de la Société Industrielle de Mulhouse
  • Thématiques: Sciences et Techniques
  • Collections: Manuscrits
  • Lieu de la route: Bibliothèque de l'Université et de la Société Industrielle de Mulhouse
  • Adresse, rue: 16, rue de la Fonderie
  • Code Postal: 68093
  • Ville: Mulhouse
En sortant de Pfaffenhofen...
FerretteNeuchâtelPont sur l\'OmbroneEglise Ste-ClotildeVillage

Joseph Koechlin-Schlumberger (06/12/1796 à Mulhouse – 25/10/1863 à Mulhouse), dirigeant de Schlumberger, Koechlin & Cie, a laissé de nombreux carnets de notes sur ses voyages entre 1845 et 1863.

Curieux par nature, Joseph Koechlin-Schlumberger se retire des affaires en 1845 afin de se consacrer à la minéralogie et la géologie dans l’optique de publier ses travaux. Conjuguant ses recherches avec ses fonctions officielles (adjoint au maire de 1848 à 1852, maire de 1852 à 1863), il effectue de nombreux voyages : Italie, Suisse, Autriche, Allemagne, Angleterre. Il multiplie les courses de montagnes et les voyages, et se trouve en rapport avec les principaux géologues de France et de l’étranger. Lors de tous ses déplacements, il ne se séparait jamais d’un carnet de notes dans lequel il reportait ses observations.

Ainsi, nous pouvons retrouver dans ces carnets de magnifiques dessins représentant les régions qu’il visitait ou encore des notes géologiques et paléontologiques à propos du terrain. Il n’hésitait pas non plus à noter ses remarques personnelles sur les gens qu’il rencontrait, tels des savants, dont il brosse le portrait à travers ses mots. Il reproduisait aussi les monuments des lieux qu’il visitait et cherchait à en comprendre l’architecture. Il écrivait parfois au crayon de papier mais aussi à l’encre.

A la fin de sa vie, il souhaite rédiger une « Carte géologique du Haut-Rhin ». Il entreprend alors de nouveaux voyages pour étudier le terrain : à Belfort, Ferrette, aux Trois-Epis, au Bonhomme… Il demande des renseignements aux ingénieurs, aux forestiers, à toutes les personnes capables de l’éclairer. Malheureusement, il décède avant de finir sa dernière œuvre. Cependant, Joseph Delbos, un proche, va utiliser ses carnets de voyages afin de publier une « Description géologique et minéralogique du département du Haut-Rhin » en 1866. Pour écrire ces livres, Delbos a aussi utilisé une série de cahiers dans lesquels Joseph Koechlin-Schlumberger inscrivait les résultats de ses études de cabinet telles que des dissertations et observations paléontologiques, études de roches et de minéraux, analyses chimiques et autres. Il utilisa aussi ses cahiers et brouillons de correspondance. Ce chef d’œuvre se divise en deux tomes dont le premier concerne la constitution physique du département ainsi que sa constitution géologique, le second reprend cette dernière thématique à laquelle s’ajoutent la statistique minéralogique et l’exploitation des substances utiles. Joseph Delbos a ainsi achevé le dernier travail de Joseph Koechlin-Schlumberger en accord avec sa veuve.

Emeline Bordet

Extraits

Source: BSIM, t. 33, 1863, p. 535-553.
Numéro d'identification de la fiche : 97156c1e5c3de511

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Pour en savoir plus sur cette fiche, signaler une erreur, proposer des images ou collaborer à sa rédaction contactez le contributeur via le formulaire ci-dessous.