Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  |   | 

 

 

L’œuvre gravée de Francis Hungler

  • Auteur: Francis Hungler (né en 1959)
  • Édition: Francis Hungler, Guebwiller, 1992 à 2015
  • Impression: Eau-forte, aquatinte
  • Établissement de conservation: Bibliothèque municipale de Mulhouse
  • Thématiques: Culture et Arts
  • Collections: Estampes
  • Lieu de la route: Bibliothèque Grand'rue
  • Adresse, rue: 19 Grand'rue
  • Code Postal: 68100
  • Ville: Mulhouse
HUNGLER -n°26 Equilbre (1)
HUNGLER-n°18 scieHUNGLER-n°20 trois pinsHUNGLER-n°24 sur les vagues

Plongeon en Eau-forte

Le cabinet des estampes créé à la bibliothèque municipale de Mulhouse en 1955 pour conserver le fonds patrimonial de gravures du XVème siècle à nos jours, vient de s’enrichir d’une double donation : le dépôt de 1992 de 120 gravures commué en don par le graveur Francis HUNGLER, augmenté de 40 autres gravures constituant un nouveau don significatif. Ce vaste ensemble de gravures retrace la carrière de l’artiste tout en étoffant les sujets des livres, sujets devenus emblématiques de sa manière comme Les Rameurs ou Les Acrobates.

Francis HUNGLER (1959) diplômé de l’Ecole d’Art de Mulhouse et licencié en art plastique, est graveur en art contemporain, une expression aussi rare que singulière.

Cette vocation d’artiste l’a poussé 20 années durant à professer, divulguer, populariser la gravure lors de cours du soir donnés à l’Ecole d’art de Mulhouse. Il anime toujours un atelier chez lui à Guebwiller où il vit et travaille. De nombreuses expositions notamment en Alsace ont révélé la diversité des sujets et des techniques.

Il aborde la gravure de manière résolument moderne, délaissant le labeur de la gravure de reproduction et d’interprétation pour une formule plus libre, allusive, plus pictorialiste, permettant, comme aux peintres, des séries déclinant les motifs en variations infinies. L’alchimie de la technique donne forme au sujet qui en retour appelle au jeu des métamorphoses. Ainsi la série des « Acrobates » déplie la figure ramassée  du « Rameur » – enchainée au format de la feuille – et la délivre « du territoire secret des eaux » (les bains acides qui travaillent la plaque) pour l’exultation de la liberté des mouvements appréhendant l’espace.

A l’issue d’autres séries captivantes, telles les Disques et Scies, l’Œuvre quitte la page manuscrite – les figures s’apparentant à des lettrines, tant leur dessin joue le plein et le délié des caractères d’écriture – découvrant l’horizon nouveau de paysages où résonne l’écho du japonisme.

Maxime Gaertner

 

Numéro d'identification de la fiche : 63856c32a83722a3

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Pour en savoir plus sur cette fiche, signaler une erreur, proposer des images ou collaborer à sa rédaction contactez le contributeur via le formulaire ci-dessous.