Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  |   | 

 

 

Un produit dérivé de la ligne Mulhouse-Thann : l’album d’Engelmann Père & Fils

  • Auteur: Engelmann Père & Fils
  • Titre de l'oeuvre: Vues du chemin de fer de Mulhouse à Thann
  • Édition: 1839
  • Impression: Lithographies
  • Établissement de conservation: bibliothèque municipale de Mulhouse
  • Thématiques: Sciences et Techniques
  • Collections: Alsatiques, Estampes
  • Lieu de la route: Gare centrale
  • Adresse, rue: Place de la gare
  • Code Postal: 68800
  • Ville: Thann
Couverture. Bibliothèque municipale de Mulhouse, coll. Armand Weiss, dépôt SIM
Station provisoire de Mulhouse. Bibliothèque municipale de Mulhouse, coll. Armand Weiss, dépôt SIMPont sur l\'Ill. Bibliothèque municipale de Mulhouse, coll. Armand Weiss, dépôt SIMViaduc entre l\'Ill et Dornach. Bibliothèque municipale de Mulhouse, coll. Armand Weiss, dépôt SIMPont sur la Doller. Bibliothèque municipale de Mulhouse, coll. Armand Weiss, dépôt SIMViaduc par-dessus le chemin de fer près Louterbach. Bibliothèque municipale de Mulhouse, coll. Armand Weiss, dépôt SIMViaduc par-dessus le chemin de fer à Cernay. Bibliothèque municipale de Mulhouse, coll. Armand Weiss, dépôt SIMStation de Cernay. Bibliothèque municipale de Mulhouse, coll. Armand Weiss, dépôt SIMStation de Thann. Bibliothèque municipale de Mulhouse, coll. Armand Weiss, dépôt SIM

Les premiers pas de l’aventure ferroviaire

À l’occasion de l’inauguration de la ligne Mulhouse-Thann, la maison Engelmann Père & Fils publie un album de huit chromolithographies, dessinées par l’artiste suisse, Rudolf Huber. L’image s’inscrit dans un ovale de 9,5 cm sur 14,5 cm. L’album, dont la parution est annoncée par L’Industriel alsacien du 29 septembre 1839, est vendu au prix de trois francs.

La foule se presse au départ du train Mulhouse-Thann qui suscite un grand élan de curiosité. La station provisoire, construite en bois et peinte en couleurs claires, se situe à l’extrémité de la ligne qui ne franchit pas encore le canal du Rhône au Rhin. On aperçoit à gauche les ateliers de constructions mécaniques André Koechlin & Cie ; à droite, la guérite du garde-voie et le mât de signalisation ; au fond, au-delà des remises et des ateliers de réparation, la villa du Hasenrain d’André Koechlin.

Description d’un voyage sur la ligne Mulhouse-Thann

Au franchissement de l’Ill, le train s’inscrit encore dans le paysage industriel de Mulhouse, dominé ici par les cheminées et les bâtiments imposants de la filature Naegely entre lesquels perce, discret, le lanternon du temple Saint-Étienne. La ville de Mulhouse, craignant qu’une ligne construite sur un remblai s’oppose à la libre circulation des eaux de l’Ill en cas de crue et entraîne d’importants risques d’inondation, impose la construction de ce viaduc dans la plaine de l’Ill. Il fait partie des 32 ouvrages d’art réalisés par l’ingénieur Pierre-Dominique Bazaine sur la partie commune des lignes Mulhouse-Thann et Strasbourg-Bâle.

Le train s’engage ensuite sur le pont de la Doller. Le dessinateur, Rudolf Huber, souligne l’intrusion des éléments modernes – la locomotive, du type de la « Napoléon », l’ouvrage d’art – dans un paysage familier, celui des villages, des arbres et de la ligne bleue des Vosges. Le viaduc de Louterbach (aujourd’hui Lutterbach), permettant le passage de la route, ressemble à un arc de triomphe. Il est conçu pour permettre le passage d’une seconde voie, car on est encore sur le tronçon commun entre les lignes Mulhouse-Thann et Strasbourg-Bâle dont la construction est programmée depuis 1838.

La station de Cernay est ici érigée en monument, une maison blanche de facture classique dont la fonction est discrètement soulignée par le trait horizontal de la balustrade qui protège la voie ferrée. A gauche de la station s’élèvent les bâtiments de la fabrique de toiles peintes de Witz Koenig, la tour de séchage se démarque entre autres. Terminus de ligne Mulhouse-Thann (1839) pendant plus de vingt ans, la station de Thann s’insère dans un site remarquable formé par les Vosges et la collégiale Saint-Thiébaut. Elle comprend la gare des voyageurs à gauche, des remises et des ateliers au fond et un magasin pour marchandises à droite ; au premier plan, des plaques tournantes permettent les manœuvres. Comme à Mulhouse, le départ du train suscite la curiosité du public qui a envahi les voies.

Nicolas Stoskopf

Numéro d'identification de la fiche : 35554cb81b78e9f2

Ces fiches peuvent aussi vous intéresser :


Pour en savoir plus sur cette fiche, signaler une erreur, proposer des images ou collaborer à sa rédaction contactez le contributeur via le formulaire ci-dessous.